Catalogue : Recherche

La Fabrique de l'Invention

La Fabrique de l

La Fabrique de l’Invention

Actes de la journée d’études des doctorants du CSLF
Paris Nanterre, 23 mai 2019

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité d’une année de travaux collectifs menés dans le cadre du séminaire des doctorants du CSLF et de leur journée d’étude, organisée le 23 mai 2019 à l’Université Paris Nanterre, et qui avaient cette année pour ambition de mettre à l’épreuve la notion d’invention.

De l’inventio classique, qui consiste à puiser des arguments dans un fonds de lieux communs préexistants, à l’invention moderne, entendue non plus comme imitation ou comme reprise, mais comme création d’un objet neuf, original, en rupture avec la tradition, cette notion nous a offert un terrain d’étude fertile du fait de sa polysémie et l’évolution de ses différents sens. Le séminaire puis la journée d’étude ont ainsi pu faire cohabiter des objets d’une grande variété : l’invention, dans sa dimension polysémique, transversale et transséculaire, a permis de réunir des doctorant.e.s dont les domaines de recherche vont du XVIe siècle à l’époque contemporaine. Le sommaire de cet ouvrage est le reflet de cette diversité, et s’organise autour de quatre grands axes. Le premier axe, « (Ré)inventer le réel ? », interroge les rapports de l’artiste et de son oeuvre à l’imitation et à la nouveauté, ainsi que le développement et les limites de l’injonction à l’originalité. Le deuxième axe, « Modernités et originalité », soulève d’autres questions essentielles : le rapport entre invention, imitation et originalité, la possibilité d’une imitation inventive, ou encore le lien entre l’invention et la notion de génie. Le troisième axe vient ensuite mettre en perspective des gestes de création, par nature en lien étroit avec l’invention : « reprendre, pasticher, détourner ». Le quatrième et dernier axe s’intéresse, pour finir, aux « gestes critiques », à la façon dont notre regard analytique invente ou réinvente les oeuvres du passé selon un prisme contemporain.

Sommaire

– Introduction – Marianne Albertan-Coppola, Marine Champetier de Ribes,Hélène Parent, Julia Pont, Luce Roudieret Emilien Sermier

(Ré)inventer le réel ?

– Guillaume Bazière – L’abbé Pierre-Michon Bourdelot : figure érudite et logiques domestiques dans l’entourage du Grand Condé
– Corinna Onelli – Manipuler l’érudition : Francesco Redi et ses Expériences sur la génération des insectes (1668)
– David Roulier – Apparition de la figure de l’Érudit pendant la querelle des Anciens et des Modernes
– Bénédicte Prot – Doctes docteurs : érudition et médecine au temps des lumières
– Luce Roudier – De la « naïveté acquise » : les écrivains populaires, faux ignares ou vrais érudits ?

– De la fécondité poétique d’un titre. Les Petites Inventions de Rémi Belleau (1554-1556) –  Adèle Payen de la Garanderie
– « Fournaise, mais forge » ou « c’est dansla marmite des anciens que l’orateur révolutionnaire invente la soupe moderne » (1789-1807) – Hélène Parent
– Mimesis en question chez Balzac, Zolaet Maupassant : le vrai ou le « saut dans les étoiles » de la rhétorique à l’herméneutique – Valeria Tettamanti

Modernités et originalité

– Imiter pour inventer une épigramme« à la française » au XVIe siècle :autour de Clément Marot et  Etienne Tabourot des Accords – Marine Champetier de Ribes
– Appauvrir pour punir dans les romans : « des inventions dignes de Sade » ? – Marianne Albertan-Coppola
– La dialectique de l’invention chez Valéry : la forme vivante – Daniel Rosenberg
– Les fictions d’André Pieyre de Mandiargues. Cheminements  d’un collectionneur d’avant-garde(s) – Bahia Dalens

Reprendre, pasticher, détourner

– Présence de Baudelaire chez Reverdy,source de création – Aurore Vincent
– Créer en détournant, chez Guy Debord – Stéphane Lucido

Gestes critiques

– La reprise, entre filiation et rupture – Marion Hamel
– Une sociologie des œuvres sociologiques : l’histoire sociale des idées comme juste compréhension de l’invention dans le champ scientifique ? – Victor Collard
– Valeurs des inventions reverdiennes, Reverdy inventé par sa postérité – Julia Pont

Prix : 15€
242 pp.
Sortie : juillet 2020
ISBN : 979-10-97391-11-9

Commander le livre (bientôt disponible)

La Fabrique de l'Invention

La Fabrique de l

La Fabrique de l’Invention

Actes de la journée d’études des doctorants du CSLF
Paris Nanterre, 23 mai 2019

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité d’une année de travaux collectifs menés dans le cadre du séminaire des doctorants du CSLF et de leur journée d’étude, organisée le 23 mai 2019 à l’Université Paris Nanterre, et qui avaient cette année pour ambition de mettre à l’épreuve la notion d’invention.

De l’inventio classique, qui consiste à puiser des arguments dans un fonds de lieux communs préexistants, à l’invention moderne, entendue non plus comme imitation ou comme reprise, mais comme création d’un objet neuf, original, en rupture avec la tradition, cette notion nous a offert un terrain d’étude fertile du fait de sa polysémie et l’évolution de ses différents sens. Le séminaire puis la journée d’étude ont ainsi pu faire cohabiter des objets d’une grande variété : l’invention, dans sa dimension polysémique, transversale et transséculaire, a permis de réunir des doctorant.e.s dont les domaines de recherche vont du XVIe siècle à l’époque contemporaine. Le sommaire de cet ouvrage est le reflet de cette diversité, et s’organise autour de quatre grands axes. Le premier axe, « (Ré)inventer le réel ? », interroge les rapports de l’artiste et de son oeuvre à l’imitation et à la nouveauté, ainsi que le développement et les limites de l’injonction à l’originalité. Le deuxième axe, « Modernités et originalité », soulève d’autres questions essentielles : le rapport entre invention, imitation et originalité, la possibilité d’une imitation inventive, ou encore le lien entre l’invention et la notion de génie. Le troisième axe vient ensuite mettre en perspective des gestes de création, par nature en lien étroit avec l’invention : « reprendre, pasticher, détourner ». Le quatrième et dernier axe s’intéresse, pour finir, aux « gestes critiques », à la façon dont notre regard analytique invente ou réinvente les oeuvres du passé selon un prisme contemporain.

Sommaire

– Introduction – Marianne Albertan-Coppola, Marine Champetier de Ribes,Hélène Parent, Julia Pont, Luce Roudieret Emilien Sermier

(Ré)inventer le réel ?

– Guillaume Bazière – L’abbé Pierre-Michon Bourdelot : figure érudite et logiques domestiques dans l’entourage du Grand Condé
– Corinna Onelli – Manipuler l’érudition : Francesco Redi et ses Expériences sur la génération des insectes (1668)
– David Roulier – Apparition de la figure de l’Érudit pendant la querelle des Anciens et des Modernes
– Bénédicte Prot – Doctes docteurs : érudition et médecine au temps des lumières
– Luce Roudier – De la « naïveté acquise » : les écrivains populaires, faux ignares ou vrais érudits ?

– De la fécondité poétique d’un titre. Les Petites Inventions de Rémi Belleau (1554-1556) –  Adèle Payen de la Garanderie
– « Fournaise, mais forge » ou « c’est dansla marmite des anciens que l’orateur révolutionnaire invente la soupe moderne » (1789-1807) – Hélène Parent
– Mimesis en question chez Balzac, Zolaet Maupassant : le vrai ou le « saut dans les étoiles » de la rhétorique à l’herméneutique – Valeria Tettamanti

Modernités et originalité

– Imiter pour inventer une épigramme« à la française » au XVIe siècle :autour de Clément Marot et  Etienne Tabourot des Accords – Marine Champetier de Ribes
– Appauvrir pour punir dans les romans : « des inventions dignes de Sade » ? – Marianne Albertan-Coppola
– La dialectique de l’invention chez Valéry : la forme vivante – Daniel Rosenberg
– Les fictions d’André Pieyre de Mandiargues. Cheminements  d’un collectionneur d’avant-garde(s) – Bahia Dalens

Reprendre, pasticher, détourner

– Présence de Baudelaire chez Reverdy,source de création – Aurore Vincent
– Créer en détournant, chez Guy Debord – Stéphane Lucido

Gestes critiques

– La reprise, entre filiation et rupture – Marion Hamel
– Une sociologie des œuvres sociologiques : l’histoire sociale des idées comme juste compréhension de l’invention dans le champ scientifique ? – Victor Collard
– Valeurs des inventions reverdiennes, Reverdy inventé par sa postérité – Julia Pont

Prix : 15€
242 pp.
Sortie : juillet 2020
ISBN : 979-10-97391-11-9

Commander le livre (bientôt disponible)